Fair play Financier

Créé en 2010 et mis en place en 2011 par l’UEFA sous l’ère Platini, le Fair Play Financier a pour but d’éviter l’endettement des clubs de Football qui jusque là, dépensaient sans compter l’argent qu’ils n’avaient pas.

Fairplay Financier

Principes du Fairplay Financier

Les clubs engagés dans des compétitions européennes ne peuvent pas dépenser plus qu’ils ne gagnent. 

Les recettes qui entrent en compte dans l’équilibre sont :

  • Les indemnités de transferts
  • Les recettes issue de la billetterie
  • Droits TV
  • Sponsoring et merchandising

Les dépenses qui entrent en compte dans l’équilibre sont :

  • Paiement des prêts
  • Les impôts
  • Le salaire des joueurs et du staff
  • Le montant des indemnités de transferts lors des achats de joueurs

Les dépenses pour la formation et les infrastructures ne sont pas comptabilisées.

De plus, les injections de capitaux faites par les propriétaires sont très encadrées et limitées en cas de déficit.

Conséquences au non respect.

Pour un club qui ne respecte pas le Fair play Financier, selon l’importance du déficit, les sanctions peuvent aller du simple blâme, à une amende plus ou moins lourde, une suspension de joueur voire l’exclusion des compétitions européennes. 

Dès qu’ils ne respectent pas le Fair Play financier, les clubs ont 3 ans pour répondre aux demandes de l’UEFA et se mettre en conformité avec une possibilité d’avoir un déficit maximum de 5 millions d’Euros.

C’est l’Instance de Contrôle Financier des Clubs qui s’occupe de vérifier les comptes et d’appliquer les sanctions.

Détournements et tricheries des clubs

Afin de respecter le Fair play Financier, les clubs sont tentés de tricher de différentes manières :

  • Incorporer des revenus non pertinents afin d’augmenter les recettes.
  • Utiliser les sociétés écrans dans des paradis fiscaux afin de ne pas déclarer la totalité des revenus des joueurs.
  • Des contrats longs au delà de 5 ans (cela est possible en Angleterre) pour amortir les transferts sur des longues durées afin de baisser le coup annuel de l’achat d’un joueur. Un joueur dont les indemnités de transfert ont coûté 70 millions d’euros pour un contrat de 7 ans, peut être déclaré par amortissement dans l’exercice comptable de son nouveau club, 10 millions d’euros chaque année durant 7 ans.Cela permet détaler son coup.
  • Des échanges de joueurs sur-côtés entre 2 clubs. Le but est de lisser le coup d’un achat sur la durée du contrat comme précédemment expliqué, mais en contre partie, la vente du joueur est instantanée et totalement inscrite dans l’exercice comptable. Ceci permet de faire augmenter les rentrées d’argent sans en faire trop sortir avec un échange qui ne coute rien aux 2 clubs.
  • Surévaluer les contrats de sponsoring.

Plus d’informations : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2023/06/27/les-astuces-des-clubs-de-football-pour-contourner-les-regles-du-fair-play-financier_6179456_4355770.html

Voir notre article sur : Tout comprendre sur le Mercato